Reportages par le Collège Georges Clémenceau (19°)


Le Championnat de France Sport Partagé

Première journée - Le Challenge Double (Boccia / Tennis de Table)

 

Les élèves s’affrontent lors de la première épreuve sur l’activité boccia/ tennis de table.

La boccia est un jeu de pétanque adapté aux élèves en situation de handicap. Pour le championnat de France de sport partagé, les élèves effectuent une première manche qui s'arrête lorsque la première équipe arrive à 5 points. Pour le Challenge Collège, il y a 4 poules de 4 équipes soit 16 équipes au total, et pour le Challenge Lycée seulement 3 poules, deux de 3 et une de 4 soit 10 équipes.

On joue à la boccia avec des boules en cuir de différentes couleurs. On utilise des balles lestées qui ne roulent pas forcément droit.

Il y a des boules rouges bleus et une blanche appelée le "jack". Les boules de couleurs permettent de différencier les deux équipes.

On joue à la boccia à quatre participants : deux contre deux. Les joueurs sont assis sur une chaise dans une zone précise. Ils ne peuvent pas se déplacer. 

Les joueurs ont trois boules chacun.

Les élèves disposent d'une zone de jeu défini par les lignes blanches et une croix au centre (Cf photo).

Pour marquer des points, il faut mettre des balles de sa couleur le plus près de la balle blanche : le jack. Les élèves peuvent donc marquer de 1 à 6 points par manche.

 

Une fois qu’une équipe a atteint les 5 points, on passe au tennis de table. Le match se joue part équipe de deux : en double aménagé. Les joueurs peuvent jouer quand ils veulent. Ils ne sont pas obliger de jouer chacun leurs tours comme au tennis de table traditionnel.

Ils commencent leur match avec le score qu'ils avaient acquis à la boccia. La première équipe à 20 met fin à la manche de tennis de table.

La rencontre se poursuit par une nouvelle manche de boccia, où les équipes repartent avec le score acquis au tennis de table, jusqu'à ce que l'une des équipes arrive à 25 points. La première équipe à 25 gagne le match. Et un autre match peut commencer.

 

Les élèves sont quatre par équipe : deux joueurs de boccia et deux joueurs de tennis de table. Lors de la dernière manche de boccia, il est possible de changer les duos.

 

La compensation pour les handicapés marche en fonction du handicap. Les points de compensation sont donnés au début de la manche de tennis de table.

Si tu es en C0 tu commences avec 0 point, en C1, tu commences avec 1 point bonus, en C2 avec 2 points, en C3 avec 3 points et en C4 avec 4 points. Les élèves classés C0 sont des élèves valident et les élèves classés C4 sont des élèves en fauteuil électrique avec très peu de mobilité.

 

En Boccia, les élèves handicapés qui n'arrivent pas à lancer les boules disposent d’une rampe de lancement et une personne positionne la balle dans la gouttière en restant dos au jeu. Cette personne place la gouttière en fonction des consignes données par l’élève.

Première journée - Le Challenge Course d'Orientation

La course d'orientation se passe dans tout le stade Louis Lumière, il y a deux ateliers différents de course d’orientation.

 

Première atelier avec la course aux plots :

Dans cet atelier les élèves ont des parcours différents, ils sont par équipe de quatre, le premier dois faire un parcours puis donner le relais à son équipier, son équipier doit faire un autre parcours différent.

Si l'élève réussit son parcours il gagne 1 point si il ne réussit pas il gagne 0 point, si l'élève réussit son parcours en faisant mieux que son contrat, il gagne 1,5 point et si l'élève réussit son parcours avec plus de difficulté que le contrat prévu il gagne 0,5 point

Quand les élèves arrivent à leurs plot d'arrivée, ils doivent prendre le numéro qui est en dessous du plot d'arrivée puis le donner au jeune organisateur qui est avec lui puis le jeune organisateur devra valider ou pas la réussite de parcours.

Le but est de faire le plus de parcours pour donner le maximum de relais dans le temps imparti et permettre à son équipe de marquer le plus de points.

Les élèves dans cette épreuve sont sur le terrain de football et doivent suivre un itinéraire défini par des plots sur le terrain et des points sur la feuille de route.

Deuxième atelier avec le réseau de postes :

Dans cet atelier, les élèves doivent faire une course d'orientation classique.

Ils ont une carte puis ils vont chercher des balises dans tout le stade.

Les élèves ont une espèce clé USB appelée "doigt électronique" qu'ils vont utiliser pour valider la balise. Avant d'aller chercher la balise, les élèves doivent mettre "la clé" dans une borne départ et faire la même chose à l’arrivée. La clé est ensuite lu dans une borne qui indique en combien de temps ils sont allés chercher leurs balises, puis s’ils ont trouvé l’ensemble des balises. Les élèves doivent aller chercher 20 balises : 5 balises communes et 15 balises à se partager. Les élèves doivent toujours rester minimum en binôme : un valide et un élève en situation de handicap.

 

Les élèves sont libres d’aller prendre les balises dans l’ordre qu’ils le souhaitent et doivent essayer d’être le plus rapide possible.

Deuxième journée - Le Challenge Artistique

Télécharger
La composition artistique.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 9.9 MB

Deuxième journée - Le Challenge Biathlon (relais / sarbacane)

Télécharger
Le biathlon.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 6.7 MB

Troisième journée - La Finale du Challenge Double (Boccia / Tennis de Table)

Télécharger
Challenge boccia tennis de table.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 14.3 MB

Village Sport Partagé

Le Bumball

Le Bumball est un jeu collectif où s'opposent deux équipes.

 

Le Bumball se joue en 11 points sur 3 parties.

2 équipes de 6 joueurs s'affrontent. Les joueurs mettent une chasuble avec des scratchs. Ce jeu consiste de réceptionner la balle en mousse dans les zones précises délimitées sur le terrain à l’aide de plot. Il existe deux zones dans lesquelles les deux équipes peuvent marquer. Il est possible de déplacer ces zones de but ou nous voulons sur le terrain. On peut attraper la balle en mousse soit avec le ventre, soit avec le bas du dos. Si nous scratchons le ballon sur le ventre nous ne pouvons plus bouger et nous devons lancer et faire une passe à une personne de notre équipe. Si au contraire nous l’attrapons avec le bas du dos, nous pouvons courir. La balle peut être prise par un partenaire ou un adversaire mais nous ne pouvons pas la prendre nous-même. Si la balle tombe au sol, les joueurs ne peuvent ramasser la balle qu’avec les scratchs.

Cette activité permet aux élèves présentant un handicap au niveau des mains et des bras de pratiquer un sport collectif avec ballon. 

 

Conseils: il faut être malin pour savoir si nous ramassons la balle avec le ventre ou avec les reins en fonction de l’action que nous souhaitons faire par la suite. Il faut réagir vite pour ramasser le ballon et enchaîner ensuite une autre action (passe ou course)

 

Il y avait une bonne ambiance sur l’atelier, les enfants s’amusent rapidement juste à l’aide des moyens de récupération du ballon sur bas du dos ou sur le ventre. Cela change de la façon de faire habituelle et entraîne des positions originales pour récupérer la balle.

Il est difficile de s’habituer à ramasser ou à prendre le ballon qu’avec ses scratchs, nous avons souvent envie de mettre les mains.

Le Basket Fauteuil

Le basket fauteuil est une activité permettant aux personnes en situation de handicap moteur (paralysie des membres inférieurs) de pratiquer l’activité basket.

Les règles de basket fauteuil sont similaires au basket pour les valides à l’exception de certaines règles comme celle du marché par exemple. En basket fauteuil, les joueurs n’ont le droit qu’à deux poussées sur la main courante de son fauteuil. S’il en fait plus, alors l’arbitre sifflera marché. Il n’y a pas de reprise de dribble en basket fauteuil. Toutefois, si le joueur veut faire plus de deux poussées, il doit faire un dribble sur le coté de son fauteuil avant de remettre le ballon sur ses genoux et refaire deux poussées.
Il y a faute si on se lève de son fauteuil pour tirer ou pour faire ou recevoir un passe.

Il existe, comme pour le basket traditionnel, des limites et deux paniers situés de part et d’autre du terrain.

Le jeu se déroule à 5 contre 5.


Le basket fauteuil est un sport très fatiguant et très physique. Les joueurs utilisent beaucoup leurs bras pour ralentir ou accélérer le fauteuil ou pour changer de direction afin de se démarquer. Quand on veut pivoter à droite, on freine la droite et on pousse à gauche et quand on veut pivoter à gauche on fait l’inverse. Le basket est un sport qui fatigue beaucoup les bras. Les premières difficultés rencontrées pour un joueur de basket fauteuil sont de magner le fauteuil avec le ballon. Les paniers de basket pour handicapé sont adaptés. Dans le cadre du village sport partagé le jeu se déroule sur des minis paniers à une hauteur d’1m60.

Il faut donc réussir à se diriger et à prendre l’information sur ses partenaires pour faire progresser le ballon vers le panier et marquer.

 

Interview de l’animateur de l’atelier :

L’animateur de l’atelier s’appelle Momo. Il a pour mission sur le championnat de France de sport partagé de faire découvrir l’activité basket fauteuil aux élèves de primaire et de collège valide. Son rôle le reste du temps, dans la vie de tous les jours, est la médiation. Il souhaite faire changer le regard des gens sur le handicap.

 

Le Parcours Fauteuil

 

L'atelier permet de découvrir le fauteuil et d'apprendre à le manipuler. Les élèves doivent faire un slalom puis monter sur une petite pente. Ensuite, il faut refaire un slalom un peu plus difficile que le premier puis remonter une pente plus haute à bascule. Les participants s’affronte ensuite sur un relais vitesse en fauteuil pour finir leur initiation.


Les élèves découvrent le fonctionnement du fauteuil et les difficultés pour les personnes en situations des handicaps moteurs. Par exemple, quand on doit monter la pente, il faut soulever les deux roues avant du fauteuil car l'obstacle est légèrement surélevée par une petite marche comme pour les trottoirs. Pour cela il faut être prudent car si nous ne faisons pas attention nous risquons de tomber en arrière. Il est ensuite très difficile de monter seul la pente.

 

Quelques petites conseils pratiquent: ne pas manipuler le fauteuil en tirant ou poussant sur les roues mais en poussant sur les mains courantes (cercle en métal à l'extérieur de la roue).

 

L'atelier c'est bien déroulé tous les enfants n'ont pas réussit à maîtriser l’ensemble mais la plus part des enfants ont bien réussit le parcours et bien aimé le parcours et le relais fauteuil.

 

L'atelier est destiné à faire découvrir aux valides le handicap moteur lié à la paralysie des jambes.

 

 

Interview de l'animatrice de l'atelier :

 

Comment vous vous appelez ? Blandine

 

Quel est votre rôle dans le championnat de France de sport partage ? Bénévole pour le parcours fauteuil et la découverte du fonctionnement d'un fauteuil roulant.

 

Que faites vous dans la vie ? Étudiante en staps

 

Qu'est ce qui vous a motivé à animer cet atelier ? Ce qui m'a motivé à animer cet atelier c'est de faire découvrir les ateliers et les pratiques liées au handicap aux jeunes.

 

Que pensez vous des championnat de France de sport partagé ? C'est une belle action qui permet à tous les élèves de pratiquer ensemble et de s’accepter quelque soit leur différence.

 

Quelques avis des participants : c'est bien, c'est rigolo de découvrir et de se mettre dans un fauteuil roulant. C’est amusant.

Les élèves disent que ce n’est pas très difficile mais ont de grandes difficultés à réaliser la totalité du parcours.

Sarbacane et Pistolet Laser

Ces deux activités sont des activités de précision qui permettent de travailler la viser, la concentration et la précision. Ces activités sont adaptées aux handicapés car elles ne nécessitent pas beaucoup de force physique. La sarbacane, par exemple, ne nécessite que le souffle. Contrairement au tir à l’arc : activité de viser qui nécessite de la force physique pour tendre l’arc.

 

 

Pour la sarbacane :

La sarbacane une activité handisportive. Elle permet à des élèves jeunes ou moins jeunes, lourdement handicapés de pratiquer un sport.

Pour cette activité, il faut une sarbacane d’environ 1,20 m de long avec un système anti-retour et des petites fléchettes qui ressemblent à des aiguilles d’une dizaine de centimètre. Il faut ensuite à l’aide de cette sarbacane souffler la fléchette dans une cible comme au tir à l’arc. Les athlètes sont assis sur une chaise et accoudés à une table. Ils sont à 2,50 m de la cible.

Le centre de la cible est à 1m30 du sol. Elle mesure 171 mm de diamètre.

La sarbacane est un sport qui demande des qualités particulières: Il faut contrôler son souffle, il faut contrôler ses émotions et cela demande un très grande concentration.

En compétition, on tire 10 volées de 3 fléchettes. A haut niveau, pour arriver en finale il faut faire 300 points, ce qui équivaut à faire 10 sur ces 30 fléchettes. Il faut donc beaucoup de concentration pour qu’à chaque volée, on puisse reproduire exactement la même performance.

Pour tirer il faut se relâcher, bloquer sa respiration, viser puis souffler sans bouger le reste. Il faut donc une grande maîtrise de soi.

Cette épreuve peut être prise au baccalauréat et permettre aux élèves en situation de handicap d’être évalué en EPS.

 

Pour le tir laser :

Les élèves utilisent une carabine à laser. Ils sont situés, sur l’atelier, à environ 5 m des cibles. Il faut chercher à allumer le plus de lampe en cinq tirs. Les pistolets laser sont utilisés par les athlète en biathlon pour s’entraîner au tir.

Pour viser, il faut aligner les deux repères situés sur la crosse (près de la gâchette et à l’avant du fusil) de la carabine avec la cible que l’on vise. Il faut ensuite couper sa respiration pour éviter les mouvements liés à la respiration et presser la gâchette pour atteindre la cible.

Ce sport comme la sarbacane nécessite beaucoup de calme et de concentration pour parvenir à atteindre les cibles et faire le meilleur score possible.


Remarques et constats des élèves :

Les élèves ont beaucoup appréciés ces deux ateliers. La sarbacane est plus facile et permet de rapidement réussir à toucher la cible. Le tir laser nécessite beaucoup plus d’entrainement pour réussir. Les participants ont bien aimé manipuler le pistolet laser (carabine sur l’atelier).

L'Ergo-Aviron

Description : C'est un appareil de musculation pour s'entraîner, s'échauffer avant l'utilisation d'un aviron ou non.

 

L'exercice travaille les muscles des jambes et des bras et de l'ensemble du corps.

C'est une simulation d'aviron : Une fois installé dessus c'est comme si on été dans un véritable aviron.  

 

Utilisation : Il faut s'installer sur le petit siège, tenir le trapèze (poignets) qui se trouve en face et il suffit de le tirer avec les bras en même temps que pousser fort sur les jambes.

 

D'abord les jambes, le dos et les abdominaux et les bras. Il faut répéter le maximum de fois le mouvement dans un minimum de temps. 

En fonction du niveau de l'athlète on peut régler la résistance de la chaîne.

 

Pour les handicapés qui n'ont pas l'utilisation de leurs jambes, il existe un appareil adapté à eux où le siège est fixe.

C'est pareil que pour les valides sauf que les jambes sont fixes et n’aident pas au mouvement. Il n'y a que les muscles des bras qui travaillent.

  

Remarques d'élèves et de participants sur l'atelier :

Les élèves ont aimé découvrir l’engin mais se sont très vite lassés.

 

Cet appareil n'est pas conçu pour le loisir de l'utiliser, ce n’est pas très amusant. C’est vraiment un appareil de musculation. C'est dur de tirer la chaîne avec les bras mais c'est plus facile de pousser avec les jambes.